rebiffer (se)


rebiffer (se)

⇒REBIFFER (SE), verbe pronom. et intrans.
A. — Empl. pronom., fam.
1. Marquer son refus de quelque chose et protester contre quelqu'un, quelque chose. Synon. se rebeller, regimber (fam.), se révolter; anton. céder. Se rebiffer contre qqn. Le petit eut un mouvement de révolte et, se rebiffant, sur un ton très vulgaire: — Non, mais, des fois... que vous me prendriez pour un voleur? (GIDE, Faux monn., 1925, p. 1000). Je n'ai pas la peste, peut-être! Elle se rebiffait: la protestation qu'elle n'avait jamais élevée contre Xavier bien portant, elle l'adressait à ce moribond (MAURIAC, Myst. Frontenac, 1933, p. 247).
2. Se redresser avec fierté, se rengorger. Un soldat qui se rebiffe sous les armes est un homme dont le port est martial entre tous (LARCH. 1859, p. 86). La R. F., bénéficiant, ce jour-là, de la bride laissée sur le cou du brave populo, se redresse, se rebiffe, comme on dit au régiment, se sent jeune de ses vingt ans (VERLAINE, Œuvres compl., t. 4, Mes hôp., 1891, p. 351).
B. — Empl. intrans., arg. Rebiffer (au truc). Recommencer. Synon. repiquer (au truc). Elle rapporte un nouveau rafraîchissement d'absinthe au chanteur: « Tiens, mon petit, rebiffe au truc, c'est moi qui verse » (FRANCE 1907).
REM. 1. Rebiffade, subst. fém. Var. de rebuffade. (Ds MOLARD, Mauv. lang. corr., 1810, p. 230). 2. Rebiffé, -ée, part. passé en empl. adj. Révolté. Mais c'est le désespoir qui a poussé là ma fillette! crie Mahaut toute rebiffée (DRUON, Louve Fr., 1959, p. 296). 3. Rebiffement, subst. masc. Fait de se rebiffer. Le marin se révèle, et sur les récriminations et sur le rebiffement des machinistes, il laisse échapper: « On voit que ce ne sont pas des soldats, la manœuvre ne se fait pas au sifflet » (GONCOURT, Journal, 1888, p. 875).
Prononc. et Orth.:[], (il se) rebiffe []. BARBEAU-RODHE 1930, se rebiffer [], []. Att. ds Ac. dep. 1878. Étymol. et Hist. 1. a) Ca 1200 rebiffer « relever, retrousser » (Garin Le Loherain, II, 229 ds T.-L.), répertorié par la lexicogr. comme ,,vieux mot`` dep. Trév. 1721; ca 1225 trans. fig. « repousser » (GAUTIER DE COINCI, Mir. Vierge, éd. V. Fr. Koenig, II Mir 24, 594), att. au XIIIe s.; puis b) av. 1640 se rebiffer « refuser » (SAINT-AMANT, Passage de Gibraltar ds Œuvres, éd. J. Lagny, t. 2, p. 191, 466); 2. 1846 intrans. rebiffer « recommencer, répéter » (Un détenu, Intérieur prisons ds ESN.). Orig. obsc.; prob. d'orig. onomat., peut-être comme le suggère BL.-W.1-5 d'un rad. baff- exprimant la moquerie, v. bafouer, plutôt qu'à rattacher à un verbe biffer « tromper » ca 1310 (GEOFFROI, Chron., éd. A. Diverrès, 7680: le bifa) dér., bien que celui-ci soit att. plus tard, de biffe « étoffe » d'où « fausse apparence » XVIe s. ds GDF. cette étoffe étant de moindre qualité, v. aussi G. DE POERCK ds Mél. Roques (M.) t. 4, pp. 187-208. L'hyp. d'un étymon biffe « griffe », biffer « griffer » (GUIR. Lex. fr. Étymol. obsc., s.v. biffer) manque de fondement, de même que celle d'un rattachement à l'a. nord. biffa, att. par le b. all. bäven « trembler », à cause du frémissement des naseaux des chevaux (EWFS2). Fréq. abs. littér.:81.
DÉR. Rebiffe, subst. fém., arg. Révolte, vengeance. Aller à la rebiffe. ,,Se révolter`` (LE BRETON 1960). Loc. À la rebiffe. En récidive. (Ds Lar. Lang. fr.). Il y a de la rebiffe. ,,Il y a récidive`` (CARABELLI, [Lang. pop.], s.d.). []. 1res attest. 1837 rebiffe « vengeance » (VIDOCQ ds SAIN. Arg., p. 99), 1844 (ID., Vrais myst. Paris, t. 3, p. 326: à la rebiffe: à la récidive); déverbal de rebiffer.
BBG. — BLOCHW.-RUNK. 1971, p. 354. — CHAUTARD Vie étrange Argot 1931, p. 599 (s.v. rebiffe).

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • rebiffer — (se) [ r(ə)bife ] v. pron. <conjug. : 1> • 1630 ; rebiffer « rabrouer » XIIIe; « froncer le nez » XIIe; o. i.→ biffer ♦ Fam. Refuser avec vivacité et aigreur de se laisser mener, humilier. ⇒ regimber, se révolter. « Soupe, humilié, se… …   Encyclopédie Universelle

  • rebiffer\ se — rebiffer (se) [ r(ə)bife ] v. pron. <conjug. : 1> • 1630 ; rebiffer « rabrouer » XIIIe; « froncer le nez » XIIe; o. i.→ biffer ♦ Fam. Refuser avec vivacité et aigreur de se laisser mener, humilier. ⇒ regimber, se révolter. « Soupe, humilié …   Encyclopédie Universelle

  • REBIFFER (SE) — v. pron. Se refuser à quelque chose avec brusquerie. Il se rebiffa contre cette proposition. On dit aussi : Se rebiffer contre quelqu’un, Regimber contre lui, refuser de lui obéir. Dans les deux acceptions il est familier …   Dictionnaire de l'Academie Francaise, 8eme edition (1935)

  • rebiffer — (SE), vp. , répondre à plus grand et plus fort que soi par une parole ou une agression immédiate, vouloir avoir le dernier mot ; répondre avec impertinence, répliquer à une personne qui représente une certaine autorité (parents, curé, instituteur …   Dictionnaire Français-Savoyard

  • rebiffer —    Il se rebiffe contre son maître; dites, il se rebeque , v …   Dictionnaire grammatical du mauvais langage

  • se rebiffer — rebiffer (se) (re bi fé) v. réfl. Terme populaire. Regimber, ne pas vouloir, refuser. N avez vous pas conscience de vous rebiffer contre un pauvre valet qui vous remontre si bonnement vos sottises ? Théât. ital. dans LE ROUX, Dict. comique.    Se …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré

  • se rebiffer — ● se rebiffer verbe pronominal (radical onomatopéique biff exprimant un mouvement brusque) Familier Se refuser à quelque chose avec brusquerie : Se rebiffer contre des ordres stupides. Refuser d obéir à quelqu un ; se révolter : Il se rebiffe… …   Encyclopédie Universelle

  • regimber — [ r(ə)ʒɛ̃be ] v. intr. <conjug. : 1> • XV e; regiber, regimber « ruer » XIIe; de re et gib « sauter »; cf. région. gibe « ruade » 1 ♦ Résister en ruant. Cheval qui regimbe. 2 ♦ Cour. Résister en …   Encyclopédie Universelle

  • cabrer — [ kabre ] v. tr. <conjug. : 1> • v. 1180 v. intr.; du lat. capra « chèvre », par le provençal I ♦ SE CABRERv. pron. 1 ♦ (déb. XIVe) Se dresser sur les pattes de derrière (animaux …   Encyclopédie Universelle

  • protester — [ prɔtɛste ] v. <conjug. : 1> • 1339 tr. ind.; lat. protestari 1 ♦ V. tr. Vx Attester formellement et avec une certaine solennité. ⇒ affirmer, assurer. Cet intérêt « que les hommes protestent aux femmes » (Diderot). « Elle protesta avec… …   Encyclopédie Universelle


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.